Les Fashion Green Days online se tiendront les 19 et 20 Novembre prochains sur le thème du Green Commerce. Nous avons échangé avec Guillaume Simonin, de l’Alliance du Commerce. Il viendra notamment présenter le Guide du Green Commerce en collaboration avec Greenflex.

 

Pouvez-vous vous présenter ?

 

Je suis le directeur des affaires économiques et juridiques de l’Alliance du Commerce où j’exerce depuis 11 ans. J’ai démarré au sein de l’Union du Grand Commerce de Centre-Ville. C’était avant qu’elle ne se regroupe avec la Fédération des Enseignes de l’Habillement et la Fédération des Enseignes de la Chaussure, pour former l’Alliance du Commerce.

guillaume Simonin alliance du commerce

Guillaume Simonin, directeur des affaires économiques et juridiques de l’Alliance du Commerce

J’accompagne ainsi les entreprises dans la conduite de leurs activités. Notons, la veille légal et réglementaire, les actions de lobbying et la représentation de la profession auprès des partenaires institutionnels publics et privés (pouvoirs publics, Medef, CCI et autres fédérations du commerce). Les sujets sont nombreux et concernent tous les métiers.

 

Ceci en dehors du droit social et de la gestion des ressources humaines puisqu’elles sont gérées par un autre pôle (questions juridiques sur la consommation et la gestion des données personnelles, promotions et soldes). Il y a aussi des questions autours des baux commerciaux, de l’urbanisme (aménagement commercial, revitalisation des centres-villes, travaux…), de la transformation digitale, des aspects fiscaux et bien sûr de la RSE.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’Alliance du Commerce ? Quel est son rôle ?

 

L’Alliance du Commerce est la principale organisation professionnelle française d’équipement de la personne avec 180 000 salariés et 27 000 points de vente. Ces chiffres correspondent à 450 enseignes, représentant un chiffre d’affaires global de 35 milliards d’euros.

 

Elle regroupe 3 fédérations du commerce de détail, principalement dans le commerce de l’habillement :

    • l’Union du Grand Commerce de Centre-Ville (UCV) : grands magasins et magasins populaires,
    • la Fédération des Enseignes de l’Habillement (FEH) : réseaux succursalistes de l’habillement, de la PME possédant 5 magasins aux grands groupes français et étrangers,
    • la Fédération des Enseignes de la Chaussure (FEC) : réseaux succursalistes de la chaussure.

 

Du fait de la variété des entreprises que nous représentons et que nous accompagnons, nous sommes en ce sens très représentatifs du commerce de détail français.

 

En dehors du rôle d’information (veille législative et réglementaire, textes de loi), nous intervenons pour défendre les intérêts de nos adhérents et les aider sur leurs problématiques. Nous animons par exemple des groupes d’échanges métiers autour d’un expert pour partager les bonnes pratiques et les expériences sur un sujet donné. C’est important car il n’est pas toujours évident de gérer des problématiques complexes et les entreprises peuvent se sentir seules. Notre rôle est donc de faciliter les échanges.

 

 

Comment l’Alliance du Commerce s’engage-t-elle sur le développement durable ? Comment accompagnez-vous vos adhérents sur ce sujet ?

 

Il y a deux sujets clés pour notre secteur que sont les conditions de travail & de production et l’environnement. Ils recouvrent chacun beaucoup de choses.

 

Notre industrie s’est profondément transformée en 30 ans. Elle est complexe, avec une chaîne de valeur très fragmentée. Le secteur est évidemment très concerné par ces questions.

 

L’an dernier, dans le contexte de la loi relative à l’économie circulaire, nous avons publié une étude réalisée par Deloitte – Mode responsable : un guide pour agir. L’objectif était d’accompagner la filière du commerce sur la réduction de ses impacts environnementaux. Ce guide mettait alors l’accent sur les matières car cette étape du cycle de vie du produit est l’une des plus impactante de ce point de vue.

 

Cette année, en collaboration avec GreenFlex, nous publions le Guide du Green Commerce.

 

première page guide alliance du commerce

La première page du guide Green Commerce

 

Justement, sans trop nous en dévoiler, nous attendrons les Fashion Green Days pour en savoir plus…

Que va apporter ce nouveau guide ?

 

L’objectif de ce guide est de lister les actions que les adhérents peuvent mettre en œuvre pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

 

Il se concentre pour cela sur les opérations sur lesquelles les commerçants ont la main et sur lesquelles ils peuvent apporter des améliorations. A savoir, toutes les opérations qui vont de la sortie usine à la gestion de leurs stocks et de leurs invendus.

 

NB : L’amont est aussi très important : impact environnemental de la culture du coton, caractère plus ou moins carboné de production de l’électricité dans les pays producteurs. Cependant, les commerçants n’ont pas la main dessus. Cela renvoie à la question de l’intégration du coût environnemental dans les prix des produits importés. Tous ces sujets sont très importants. Ce sont des sujets d’avenir pour notre secteur, car les pays occidentaux sont en train d’évoluer. Mais ce sont aussi des sujets très complexes qui auraient nécessité une étude deux fois plus longue et coûteuse.

 

Nous présenterons les solutions avec notamment 4 sujets clés :

    • la performance énergétique des points de vente : très gros sujet compte tenu de la réglementation française et européenne mais sur lequel les adhérents peuvent vite progresser ;
    • les transports depuis les lieux de production jusqu’aux lieux de consommation ;
    • le e-commerce qui s’est énormément développé, mais qui représente également des émissions de GES importantes sur lesquelles on peut agir ;
    • l’exploitation des magasins et leur aménagement avec notamment la question de leurs déchets d’emballages.

 

Retrouvez Guillaume Simonin le jeudi 19 Novembre à 16h15 pour la présentation détaillée de ce guide. Inscrivez-vous ICI !

Sandra Wielfaert

Sandra Wielfaert

Fondatrice de Fashion That Cares

 

J’accompagne depuis près de 10 ans les acteurs de la Mode dans leur transformation sur les questions de RSE, d’Achats Responsables et d’Impact Carbone.

 

Partager cet article sur :