Lise Brault, 24 ans tout juste, a toujours voulu travailler dans la mode. En mars dernier, elle met la main sur un carton de vieux vêtements appartenant à son arrière-grand-mère. Impressionnée par la beauté des étoffes et des broderies, la jeune styliste décide de les remettre au goût du jour. Ainsi, commence l’aventure de Lise, fondatrice de Maison JOMI * et invitée des Fashion Green Days.

lise brault maison jomi portrait fondatrice et logo

Lise Brault, fondatrice de Maison JOMI (à gauche) et le logo (à droite)

La voix chantante de Lise Brault est à l’image de son tempérament : joyeuse et enthousiaste. Et pour cause, depuis 1 an, la créatrice enchaîne les étapes et consolide son projet d’entreprise autour de l’upcycling. La mode est une évidence pour Lise mais le respect des matières et la conception de pièces uniques l’est encore plus.

Après une première expérience dans des groupes de fast fashion, la jeune styliste bifurque vers un projet à impact. Elle veut produire une mode plus artisanale et écologique et, se met donc à poster ses créations produites à partir de vêtements upcyclés. De fil en aiguille, elle se fait remarquer et intègre un incubateur à Rennes, sa région d’origine.

 

Maison JOMI, la maison de l’upcycling

 

Les fondements sont là. Lise Brault sait qu’elle veut styliser les vêtements démodés pour éviter qu’ils soient jetés. Mais comment en faire un « business » ? C’est au sein d’Inkubator qu’elle trouve le soutien et les ressources qui donnent corps à son projet.

Actionnaire de sa société, Inkubator aborde le projet avec une vraie valeur ajoutée. Il lui donne une autre ambition et apporte des compétences complémentaires à son profil. L’entrepreneuse dispose de la force d’un réseau et de bonnes pratiques qui la font avancer.

Elle constitue également une petite équipe autour d’elle. 5 à 6 personnes, en fonction des périodes, chargées du développement web, de la communication et des prestations « couture ». Lise quant à elle apporte le stylisme, le suivi marketing et la conception produits.

Ensemble, ils construisent un service d’upcycling digital qu’ils entendent rendre accessible partout en France.

Très tôt, j’ai ressenti une vraie vocation pour travailler dans l’industrie textile mais pas pour développer de la fast fashion.

 

maison jomi ton vetement avant apres

 

L’upcycling en un clic !

 

Comment ça marche ?

    1. Le client envoie des photos sur le site pour demander conseil et avoir des idées.
    2. Les stylistes de Maison JOMI font des propositions à partir des textiles étudiés ou de tissus complémentaires ; l’idée étant toujours d’utiliser les matériaux existants. Par exemple, avec 3 jeans usés, il est possible de recréer une jupette d’été.

Nous sommes une banque à idées ! Avec nous, les vêtements retrouvent une place dans les dressings.

Grâce aux talents de conseil de Maison JOMI, il est possible de rester tendance et écologique. Lise adore la mode et s’inspire toujours des défilés. Elle fusionne d’ailleurs toutes ces sources d’inspiration pour ses créations. Ainsi, ses propositions sont en accord avec les nouveautés des podiums sans acheter de matière neuve.

maison jomi upcycling avant apres

 

L’application Maison JOMI bientôt disponible partout en France

 

Une fois la proposition validée, l’acheteur envoie les vêtements à transformer à une couturière qui exécute la prestation d’upcycling. À moyen / long terme, l’objectif de Maison JOMI est de constituer un réseau de partenaires / collaborateurs situés un peu partout en France afin de limiter les km parcourus.

Actuellement, les échanges se font via la plateforme web et impactent plutôt la région rennaise. D’ici 6 mois, le service sera disponible sur toute la France et sera même proposé via une application mobile pour rendre les interactions plus fluides. Des outils indispensables pour offrir une véritable expérience client.

 

De l’upcycling digital mais durable

 

Depuis que Lise Brault s’est lancée dans cette démarche, elle n’achète plus en boutique. Pourtant, la jeune fille se dit « accro » à la mode. Mais son envie d’être plus éthique, de faire du « zéro déchet », de choisir une déco « zéro plastique » est plus forte.

Avec ses vêtements « retouchés », Lise se sent plus originale, plus affirmée et fière de porter des pièces uniques et upcyclées qui se démarquent.

Je suis cohérente dans toutes mes démarches, dans ma vie privée comme dans mon travail et je me sens bien.

La jeune fille se positionne sur une offre stylistique d’upcycling réalisée à partir de vêtements existants qui se trouvent dans l’environnement du consommateur. Prolonger la durée de vie d’une garde-robe, c’est apporter une réponse environnementale à la crise que traverse la fast fashion.

 

Et la question du prix dans tout ça ?

 

Il fut un temps où la créatrice était chargée des achats pour un grand groupe de prêt-à-porter. Cependant, ce poste à responsabilité ne lui convenait pas. Elle ressentait une véritable perte de sens. Elle voyait bien le gaspillage. Les 10 000 pièces achetées par produit ne sont jamais vendues et se perdent on ne sait vraiment où et ni comment.

La course à l’esthétique de la fast fashion conduit à une incohérence et, ne repose pas sur un besoin réel. C’est pourquoi Maison JOMI propose une véritable expertise. Elle met au service de sa clientèle sa connaissances des matières, de la transformation technique et des tendances.

La prestation coûte entre 35 et 100 € avec un service tout compris excepté l’envoi du colis à la couturière partenaire. Ce prix rémunère le professionnalisme d’une équipe qui s’est donnée pour mission de réutiliser la matière plutôt que de la détruire.

 

Un retour vers des pratiques oubliées

 

La société de consommation a changé nos modes de pensée ! Nous sommes habitués à des tarifs si petits qu’ils payent à peine la main-d’œuvre. En boutique, on s’achète un look entier en 30 minutes. En seconde main, il faut chercher des heures pour refaire un look complet. Il faut être créatif.

Le consommateur n’a plus la conscience du prix et du savoir-faire nécessaire pour confectionner un vêtement. Or, coudre demande du temps !

Maison JOMI veut retisser le lien entre les savoirs historiques et les nouvelles générations et promouvoir une culture du respect des objets. L’upcycling est une prestation qui demande patience et passion !

 

maison jomi couture

 

Mais au fait, ça veut dire quoi « JOMI » ?

 

Ce nom symbolise ce retour aux racines familiales tournées vers la transmission de savoir-faire manuels. Maison JOMI est tiré du surnom de l’arrière-grand-mère de Lise.

Cette toute nouvelle maison de couture, sera-t-elle bientôt la vôtre ? En attendant, Lise Brault participe à l’émission « Dans la boite » diffusée par le Télégramme et vient de gagner la première partie du concours. Elle a aussi candidaté à « Qui veut être mon associé ? » sur M6 !

Envie de soutenir Lise ? C’est le moment, car oui, des projets, la jeune styliste en a plein la tête !

  •  

Retrouvez Lise en mars pour l’événement « Upcycler la mode » !

 

*Anciennement Mon dressing recyclé

Pour en savoir plus :

Sophie Faura

Sophie Faura

Je suis Sophie, en reconversion et étudiante à l’IRIIG à Lyon en MBA Corporate Entrepreneurship & Innovation. Je m’intéresse plus particulièrement à l’économie circulaire et à la mode responsable.

Partager cet article sur :