Aujourd’hui je rencontre Yasmine Auquier-Buron, cofondatrice de Rive Droite Paris. Créée en 2016, la marque propose des sacs et accessoires ultra désirables pour toute la famille, éco-conçus, durables et au prix juste. Le tout « dans le respect du bien-être de ceux qui les produisent et qui les portent ».

C’est le lifestyle des tribus conscientes.

Rive Droite Paris, c’est avant tout une aventure humaine. C’est l’histoire de Yasmine, Aurélie et Sofia, 3 femmes ayant le désir de travailler autrement. C’est une histoire d’amitié et de valeurs.

rive droite paris fondatrices

La tribu fondatrice de Rive Droite Paris : Yasmine Auquier-Buron, Sofia Buron et Aurélie Jansem (de gauche à droite)

Yasmine et Aurélie se sont rencontrées durant leurs études de commerce à l’ESCP à Paris. Elles ont toutes 2 travaillé plus de 10 ans dans l’industrie cosmétique. Yasmine a œuvré au sein du groupe L’Oréal dans le développement produit, la RSE, puis en 2010, sur la création de la branche luxe au Maroc. Aurélie s’oriente vers le côté digital et la gestion de la relation client chez Yves Rocher puis Clarins. Sofia est la sœur de Yasmine et la créative de la tribu. Elle est diplômée de gemmologie et styliste autodidacte, sa passion depuis toujours.

 

Rive Droite Paris : une évidence entrepreneuriale

 

Ayant goûté à l’intrapreneuriat, Yasmine a l’envie profonde d’un projet bien à elle qui allierait éthique et business. Elle propose à Sofia et Aurélie de se joindre à elle. Enthousiastes et sentant que c’est le moment, elles quittent alors toutes leur job pour se lancer dans cette aventure.

Nous sommes naturellement complémentaires.

Chacune a donc sa « partie » :

    • Yasmine : la stratégie, le développement et le sourcing,
    • Sofia : le sourcing, la direction artistique et le design produit,
    • Aurélie : la communication, l’expérience et la gestion relation client omnicanal.

 

Le nom Rive Droite s’impose instinctivement : c’est là qu’elles se sont rencontrées et c’est « le Paris » qu’elles aiment. L’idée est ainsi venue progressivement suite à un constat alarmant. Chaque année dans le monde, 13 millions de tonnes de vêtements sont en effet jetées alors que seulement 2 millions sont recyclées. Sans compter l’impact carbone et les quantités astronomiques d’eau utilisées par la production textile.

Elles fondent Rive Droite Paris autour de 2 enjeux fondamentaux pour elles :

    • la lutte contre le gaspillage,
    • le respect des Hommes.

 

Le trio souhaite éveiller les consciences, en cassant les codes et en prouvant qu’il est possible de créer des produits de qualité 100 % éco-conçus, fair-trade au prix juste et accessible.

sac iconique rive droite

Les sacs iconiques Rive Droite Paris

 

Pourquoi le Maroc ?

Sofia et Yasmine résidant à Casablanca, c’est tout naturellement qu’elles ont pensé au textile.

L’industrie textile est très développée au Maroc. Tout le monde y est un peu couturier ! C’est un pays bien équipé qui a beaucoup souffert de la délocalisation, notamment en Asie. Mais, il a conservé de nombreux ouvriers aux savoir-faire précieux. C’est donc un hub où transite beaucoup de matières et de collections de mode. La localisation, près de la France, est également un avantage pour limiter l’impact écologique.

 

L’upcycling : une démarche éco-responsable qui contribue à la préservation des ressources naturelles

 

La marque ne produit aucune matière. Leur truc, c’est le recyclage des tissus. Elles ont même inventé un mot pour expliquer leur démarche créative à l’inverse des processus de production traditionnels : l’Upstyling = Upcycling + lifestyle.

En 2015, il faut se remettre dans le contexte, l’upcycling était une approche nouvelle. Les gens dans les usines nous regardaient avec de grands yeux interrogatifs.(…) ça nous a plu immédiatement. C’est un réel moyen, via la revalorisation des matériaux existants, de lutter contre la surproduction qui est le grand fléau de l’industrie de la mode. (…)  Nous héritons de tissus rejetés car surproduits ou défectueux. Qui plus est, le défaut est souvent sur une infime partie d’un rouleau de 100 mètres. Cela coûte « juste » du temps. Temps, que n’ont pas les grands groupes, de faire le tri. Nous avons développé un réseau dans un rayon de 20 km autour de Casablanca.

 

chute tissus atelier

 

Ainsi, les produits proposés sont fabriqués :

    • en coton régénéré (surplus de balles de coton tombées de métiers à tisser) provenant du Bénin et tissé au Maroc initialement pour des tentes militaires ;
    • en denim issus de chutes industrielles ;
    • à partir de fin de stocks de tissus de l’industrie textile marocaine pour les doublures.

 

Une volonté d’empowerment par le travail et de redynamiser l’économie locale

 

Côté confection, la marque possède un atelier intégré qui s’occupe :

    • des prototypages,
    • de la mise au point des produits,
    • de leur découpe en « kits » prêts-à-assembler.

 

Ensuite, ceux-ci sont dispatchés chez les « dudes »  ( 8 équipes de 1 à 12 personnes) qui s’occupent de l’assemblage. Cette équipe est composée de femmes et d’hommes de talent très compétents (15 ans d’expérience en usine minimum). Ils sont indépendants et rémunérés justement (jusqu’à 800 € par mois contre 250 € environ dans la fast fashion).

La marque les aide à monter leur propre structure (micro-entreprise) dans leur quartier grâce à un système de micro-crédit. Là-dessus, l’entreprise les forme, les accompagne administrativement et leur transmet un plan de production à l’année pour une visibilité sur le long terme. Cela leur permet notamment de sortir du statut précaire d’ouvriers en usine, leur garantit l’indépendance financière et la protection sociale.

Pour finir, les accessoires montés reviennent à l’atelier intégré pour le contrôle qualité. Ils sont de surcroît emballés dans des pochettes en tissus réutilisables (et non pas dans des sachets plastiques).

atelier integre casablanca

L’atelier intégré Rive Droite Paris à Casablanca

 

rive droite paris couture

 

L’éco-conception va de pair avec la dimension humaine

 

Engagées dans le mouvement Fashion Revolution, elles sont fières d’être en mesure de dire qui a fait quoi pour chaque produit puisque tout est confectionné à taille humaine sur place, au Maroc.

Il n’y a qu’en supprimant les intermédiaires que notre secteur sera plus transparent.

Par ailleurs, en 2018, elles se sont adaptées et ont créé « Dudes for good » afin de répondre à une demande B2B. Le projet ? Proposer ou développer des produits en marque blanche 100 % personnalisables pour des marques ou groupes comme Oh my cream, Orange, Patika…

 

Comment gère-t-on le dilemme de production raisonnée quand on grossit ?

 

Il faut croire en ses convictions profondes et savoir être à l’écoute des retours du marché.

 

Une production à la demande en circuit ultra-court

Dès le début, le projet autofinancé s’est construit en confrontant les produits au marché. Cela se traduit par une écoute attentive des besoins retail et des préoccupations des consommateurs.

Nous maîtrisons toute la chaîne de production (coupe, teinture, confection et logistique). Cela nous permet d’être extrêmement agiles et de garantir une totale transparence.  Par conséquent, nous pouvons augmenter la capacité de production en fonction de nos besoins. Nous fabriquons uniquement sur commande pour les boutiques distributrices et au plus juste pour notre e-shop.

couturiers casablanca rive droite paris

Sofia entourée des talentueux couturiers avec qui la marque collabore

En effet, Rive Droite Paris ne pratique ni soldes ni ventes privées. De cette façon, elle s’inscrit dans un mode de production raisonné et un prix de vente juste.

Pour satisfaire le désir de nouveautés de leurs clients, elle propose, en parallèle de sa ligne permanente, des nouveautés en quantités limitées tous les 3 mois.

En outre, le trio a mis en place une stratégie de distribution pragmatique auprès de personnes qui partagent leurs convictions.

 

Une démarche d’amélioration continue

 

Bien sûr tout n’est pas parfait, il faut faire des choix.

Par exemple, le délavage de nos tissus denim, bien que réalisé sans produit chimique, reste consommateur d’eau. Par soucis de durabilité et de couleurs stables qui ne déteignent pas, nous utilisons des teintures (non chimiques) conventionnelles faute d’essais de teinture végétale concluants. Il nous apparaît aussi plus judicieux, point de vue impact, d’upcycler des matières « neuves » dormantes plutôt qu’acheter des matières issues du recyclage de produits usagés.

Ces limites sont autant de raisons motivantes pour s’améliorer. Le trio reste donc très à l’écoute des innovations technologiques et matériaux.

Le sujet de la fin de vie de leurs produits est également au cœur de leurs préoccupations. Avec 4 % de rejet matière généré par leur production, elles ont décidé de donner ces rebuts pour le rembourrage de sacs de boxe. Aussi, la marque propose un service de réparation prépayé en orientant le consommateur vers une mise en relation près de chez lui avec quelqu’un pour l’effectuer.

Il n’y a qu’en ayant une somme d’initiatives différentes et complémentaires qu’on arrivera à plus de raison dans l’industrie textile.

 

Une année 2020 qui aura finalement eu du bon

La marque a tenu le coup grâce à son agilité, en s’appuyant sur la partie digitale. Cette période accélère la prise de conscience des consommateurs de la nécessité de plus de bon sens dans notre façon de consommer.

Depuis ses débuts, Rive Droite porte beaucoup d’attention à sa communauté (avec un SAV impeccable, en échangeant avec elle, et même, en partageant tous ses bons plans vadrouille via son compte Instagram) dont elle a reçu beaucoup de soutien et de compréhension en 2020. Ces paramètres les confortent dans leur approche éthique et transparente. Cette période leur a aussi donné l’opportunité de réfléchir sur des sujets de sourcing qui leur tiennent à cœur et de trouver des solutions.

 

Qu’est ce qui vous plaît le plus dans cette aventure ?

 

Tout ! Le sentiment d’avoir une réelle raison d’être en apportant notre contribution au changement vers une économie du textile désirable, juste et durable.

 

Les défis en cours de l’entreprise

 

    • L’ambition d’obtenir la certification internationale B-corp. Elle est attribuée, après un audit approfondi très exigeant, aux entreprises qui associent leur but lucratif à l’intérêt collectif au travers d’objectifs environnementaux, sociétaux et sociaux. La certification mesure ceci au travers de 5 domaines d’impact : la gouvernance, les collaborateurs, l’environnement, les clients et la collectivité. Elle remet au centre la raison d’être des entreprises et leur contribution positive pour le monde tout en étant rentable.
    • La marque souhaite approfondir le sujet de la fin de vie des produits et met beaucoup d’énergie à imaginer et mettre en place plusieurs solutions.

 

Un scoop ?

Un nouveau produit ? Une nouvelle banane en nylon upcyclé.

J’ai aussi eu la chance de voir les nouveaux coloris estivaux qui arrivent prochainement et ils sont dingues. Mais chut ! Je ne vous ai rien dit  😉

 

Retrouvez Yasmine lors des Fashion Green Days de mars « Upcycler la mode ». Elle viendra effectivement partager l’expérience et le combat de Rive Droite pour la fin du gaspillage, la durabilité et la transparence.

Crédits photos : ©ED Milk

 

Sophie Guittonneau

Sophie Guittonneau

Direction créative - conception, recherche et développement mode durable

 

Je suis portée par ce qui a du sens dans les défis actuels de notre façon de consommer et de produire.

 

Partager cet article sur :