Retour sur la naissance du projet

 

Trop Trop Bien, c’est l’histoire de cette maman qui, en découvrant qu’il fallait à son enfant un tablier pour la rentrée, a décidé de le rendre unique en le cousant d’elle-même à partir d’une chemise usagée. C’est l’histoire d’une femme qui, après une carrière passée dans le secteur très polluant qu’est le luxe, s’est vue peu à peu réaliser qu’elle souhaitait éveiller les conscience. C’est alors l’histoire de cette entrepreneuse qui s’en est allée suivre un rêve d’enfant, celui de se former au stylisme pour donner vie au projet de créer du neuf à partir d’ancien.   

Et que trouve-t-on, chez Trop Trop Bien ?

 

C’est ainsi qu’est née Trop trop bien, marque de vêtements et d’accessoires upcyclés aux notes vintage, à destination des enfants. Pour la petite histoire, Amélie a d’abord jeté son dévolu sur le tablier d’écolier, un vêtement militant. Et pour cause, il protège le vêtement du dessous: ce qui permet de le maintenir en état et de moins le laver. Du “Tablier qui se boutonne devant”, au “Tablier qui se boutonne dans le dos”, en passant par le “Tablier qui s’enfile comme un t-shirt”, sans oublier les petits bandeaux et sacs, la collection se décline dans un mélange de carreaux et motifs fleuris : tartan, liberty, vichy… il y en a pour tous les goûts ! Chaque pièce étant 100%;, coton, unique, et de qualité.
Et pour couronner le tout, la marque s’inscrit dans une démarche sociale, puisque toutes ses pièces sont fabriquées à Lille, dans le respect des travailleurs.
L’interview filmée à retrouver ICI.
Partager cet article sur :